Accueil


Agrandir les photos ci-dessous d'un clic de souris


Traité de Sèvres

Tombe d'A.Aharonian


Avedis Aharonian

Avetis Aharonian, né à Igdirmava le 9 janvier 1866 décédé à Marseille le 20 mars 1948 - Homme Politique, Ecrivain, Sur le chemin de la liberté, Les anciennes croyances arméniennes, Sur le chemin de la liberté (nouvelles).
Avetis Aharonhian est né dans le Village Igdirmava dans la plaine d'Ararad, village qui maintenant est situé en Turquie. Avetis Aharonian était extrêmement influencé par les caractéristiques naturelles de son environnement telles que la rivière Araxe, et la Montagne Ararat qui sont tous deux situés près de son village. La rivière Araxe prend sa source sur le haut plateau arménien et coule le long de la frontière entre la Turquie et l'Arménie, de la frontière entre l'Iran et l'Arménie, puis le long de la frontière entre l'Azerbaïdjan et l'Iran, entrant finalement en Azerbaïdjan et se jetant dans la Koura comme un bon affluent. Sa mère Zardar, était une personne instruite qui était capable d'éduquer son fils en lui apprenant à lire et à écrire. Après avoir achevé son éducation à l'école du village, il fut envoyé au séminaire Kevorkian, à Etchmiadzin. Il a enseigné de 1886 à 1896 principalement à Igdir. Il est devenu membre actif du parti « Dashnak ». Enseignement supérieur à Lausanne et Paris, pour étudier l'histoire et la philosophie. C'est à cette époque qu'il a rencontré Kristapor Mikaelian,¹ (Révolutionnaire Arménien qui a fondé le Journal Drochag et qui en était le rédacteur en chef), il a commencé à écrire pour le journal. En 1901 après l'obtention d'un diplôme il est allé étudier la littérature à la Sorbonne à Paris. Il revient en Transcaucasie en poursuivant son travail journalistique et littéraire et devient directeur de l'Académie Nercessian, et le rédacteur en chef du « Mourj ». En 1909 il a été capturé par le gouvernement du Tsar Metekhi, et emprisonné. Nommé en 1906 au conseil d'administration du journal officiel de Dashnaktsutioun. Arrêté et emprisonné successivement à Metekh, Bakou, Rostov et Cherkask Novo. Il a développé une affection pulmonaire au cours de ses emprisonnements périodiques. Grâce a un don généreux de 20000 roubles il sort de prison en 1911, et s'échappe en Europe via Constantinople. Installé en Suisse, il maintient des liens avec la presse caucasienne. Il est retourné en Transcaucasie 1916. En 1917, il est élu Président du Conseil National Arménien et en juin 1918 délégué pour conférer avec les chefs de files Ittihadits à Constantinople. En 1919, il est élu membre du Parlement de la République Arménienne dont il sera ensuite Président. Il a dirigé les délégations de cette république dans les négociations de Constantinople (juin-novembre 1918) et à la Conférence de la Paix à Paris (1919-1920). Avétis Aharonian a signé le Traité de Sèvres au nom de la république d’Arménie (aout 1920)et, est resté pendant les négociations menant au traité de Lausanne (juillet 1923) traité pendant lequel il a protesté.
En février 1934, alors qu'il donnait un discours public à Marseille, Avetis Aharonian fut victime d’une attaque cérébrale qui le laissa invalide le reste de sa vie il s'éteint à Marseille le 20 mars 1948.


Kristapor Mikaelian ¹ : Révolutionnaire arménien 1859-1905 un des fondateurs du grand parti historique arménien, La Fédération révolutionnaire arménienne-opposée au régime tsariste; a orienté son combat vers la défense de la cause arménienne .Meurt en 1905 en Bulgarie.

Alys

 

Copie de la lettre d'Avedis Aharonian aux presidents des délégations dela France, Italie ,Etats-Unis et Grande Bretagne

Paris, 15 May 1919
Dear Mr. President,


Certain regions of Caucasian Armenia are also claimed by our neighbors, the Georgians and the Tatars [Azerbaijan]. While the government of the Republic of Armenia awaits with patience and confidence the decision of The Peace Conference, our neighbor, the Republic of Azerbaijan, is seeking to create a fait accompli.
In conformity with the decision of the British High Command, the Armenian government has, since the month of December, ceased all movements of its army. By contrast, the government of Azerbaijan has begun marching its troops toward Armenian Karabagh and has occupied regions which are, without question, part of our territory. In conjunction with this occupation, the government of Azerbaijan has, by an official act, proclaimed the annexation of these occupied regions and has sent to it a Governor-General, Mr. Sultanov.
The General Assembly of the Armenians of Karabagh, meeting in Shushi on February 19, has rejected with legitimate indignation all pretense of Azerbaijan with regard to Armenian Karabagh, which said Assembly has declared an integral part of Armenia in virtue of the principle of nationality itself, proclaimed so many times by the powers of the Entente.
We have noted with deep regret that the Allied High Command in the Caucasus has given consent to the nomination of this Governor-General while declaring that this is only a temporary arrangement and that the final determination of the frontiers depends entirely upon the decision of the Peace Conference.
It is infinitely painful for us to know that a territory which has always belonged to Armenia and which encompasses an absolute Armenian majority may be delivered, even temporarily, to an alien administration profoundly hostile to the Armenian element.
[...]
In fact, Armenian Karabagh, the mountainous districts of Elizavetpol, Kazakh, and Zangezur, have a total population of 494,000 inhabitants; of these numbers 358,000 are Armenians, 24,000 other Christians, and only 112,000 are Muslims, Tatars, Kurds, etc. In addition to these ethnographic considerations, it is to be noted that this strip of land constitutes an indivisible part of Armenia, being the immediate prolongation of the Armenian plateau, with the same physical and geological formation, the same culture and the same history, and forming, in addition, the naturally defensive ramparts of Armenia against Turanic invasions.
All these questions are minutely exposed in the attached memorandum which the Delegation of the Republic of Armenia has the honor to submit to your Excellency. This memorandum proves in concrete fashion that the province of Karabagh and the adjacent districts as well as the valley of the Arax to Zangezur can, under no circumstance, be incorporated in another state.
[...]
The Armenian people which, during the terrible years of the war and at the cost of major sacrifices, has resisted the direct and indirect attacks of Tatars, Turks, and Germans, and has fought on the side of the Great Allies for the cause of justice and for the defense of its native soil, continues today the same struggle under extremely difficult conditions with the firm conviction that the Peace Conference will do justice to its undeniable rights.
In the name of our much oppressed populations, we have the responsibility to warn respectfully the Peace Conference that all arbitrary solutions that would sacrifice the legitimate aspirations of Armenians are bound to become in the future the source of new and perpetual conflicts.
The Delegation of the Republic of Armenia requests to be heard before a decision is taken concerning the future destiny of the Armenian people and the frontiers of its territory.
Please accept, Mr. President, the assurance of my highest regards.
Signed,
A.Aharonian
President of the Delegation of
Republic of Armenia to the
Peace Conferenc

Copie de la lettre d’Avédis Aharonian aux présidents des délégations de la France, l’Italie, Etats-Unis et Grande –Bretagne-

                                      Paris, le 15 mai 1919
                                      Cher Monsieur Président,


Certaines régions d’Arménie du Caucase sont également revendiquées par nos voisins, les Géorgiens et les Tatars (Azerbaïdjan). Alors que le gouvernement de la République d'Arménie attend avec patience et confiance la décision de la Conférence de la paix, notre voisin, la République d'Azerbaïdjan, cherche à créer un fait accompli. En conformité avec la décision du haut commandement britannique, le gouvernement arménien a, depuis le mois de décembre, cessé tous les mouvements de son armée. En revanche, le gouvernement de l'Azerbaïdjan a commencé sa marche vers les troupes arméniennes du Karabakh et a occupé des régions qui sont, sans conteste, une partie de notre territoire. En conjonction avec cette occupation, le gouvernement de l'Azerbaïdjan a, par un acte officiel, proclamé l'annexion de ces régions occupées et il a envoyé  un gouverneur général, M. Sultanov.
L'Assemblée générale des Arméniens du Karabakh, réunie à Chouchi, le 19 février, a rejeté avec indignation légitime toute prétention de l'Azerbaïdjan à l'égard du Karabakh arménien, qui, a déclaré l'Assemblée, fait partie intégrante de l'Arménie en vertu du principe de la nationalité elle-même, tant de fois proclamé par les puissances de l'Entente. Nous avons noté avec un profond regret que le haut commandement allié dans le Caucase, a donné son consentement à la nomination de ce gouverneur général tout en déclarant qu'il ne s'agit que d'un arrangement temporaire, et, que la détermination définitive de la frontière dépend entièrement de la décision de la Conférence du Conseil de paix. Il est infiniment douloureux pour nous de savoir qu’un territoire qui a toujours appartenu à l'Arménie et qui englobe une majorité absolue arménien peut, être livré, même temporairement, à une administration étrangère profondément hostile à l’élément arménien.
En fait, le Karabakh Arménien, les districts montagneux de Elizavetpol, le kazakh et le Zanguézour, ont une population totale de 494000 habitants, 358000 de ce nombre sont Arméniens, 24000 autres chrétiens, et seulement 112000 sont des musulmans, des Tatars, des Kurdes, etc. Outre les considérations ethnographiques, il ya lieu de noter que cette bande de terre constitue une partie indivisible de l'Arménie, étant le prolongement immédiat du plateau arménien, avec la même formation géologique et physique, la même culture et la même histoire, et formant de surcroît une défense naturelle de l'Arménie contre les invasions turcs. Toutes ces questions sont minutieusement exposées dans le mémorandum ci-joint lequel, la délégation de la République d'Arménie a l'honneur de soumettre à votre Excellence. Ce mémorandum qui prouve concrètement que dans la province du Karabakh et des districts adjacents, ainsi que la vallée de l'Arax au Zanguézour ne peuvent en aucun cas, être incorporés dans un autre état.

Le peuple arménien qui, pendant les années terribles de la guerre et au prix de grands sacrifices, a résisté aux attaques directes et indirectes des Tatars, des Turcs et des Allemands, et a combattu du côté de la Grande alliée pour la cause de la justice et pour la défense de sa terre natale, poursuit aujourd'hui le même combat dans des conditions extrêmement difficiles avec la ferme conviction que la Conférence de paix fera justice à ses droits indéniables. Au nom de nos populations extrêmement opprimées, nous avons la responsabilité d'avertir respectueusement la Conférence de la  paix que toutes les solutions arbitraires qui permettraient de sacrifier les aspirations légitimes des Arméniens sont appelées à devenir dans l'avenir, la source de nouveaux et perpétuels conflits. La délégation de la République d'Arménie demande à être entendu avant qu'une décision ne soit prise concernant l'avenir, de destin du peuple Arménien et les frontières de son territoire.
S’il vous plaît accepter, Monsieur le Président, l'assurance de ma très haute considération.


Signé A. Aharonian
Président de la délégation de République d'Arménie auprès de la  Conférence de la paix

THE LULLABY OF NAZI.


OH, sleep, my little one; oh, sleep once more!
Thou need’st not weep, for I have wept full sore.
The blind wild geese flew, screaming mournfully,
Across our heavens black, o’er vale and hill.
Blinded they were among our mountains high!
Thou need’st not weep, for I have wept my fill.
The gale is moaning in the forests dark;
’Tis the lament of homeless corpses chill.
Ah, many and many a corpse unburied lies!
Thou need’st not weep, for I have wept my fill.
Laden with tears, the caravan passed by,
Knelt in the forest black, and stays there still.
It was our land’s calamities and woes!
Thou need’st not weep, for I have wept my fill.
Beads have I strung and on thy cradle bound,
To guard thee from the foeman’s evil eye.
Oh, sleep and grow, my little one, make haste!
Thou need’st not weep; my tears were seldom dry.
My milk has frozen on thy pallid lips;
’Tis bitter, and thou dost not want it more;
With it is mixed the poison of my grief.
Thou need’st not weep, for I have wept full sore.
Oh, with my milk drink in my black grief too!
Let it black vengeance in thy soul instill!
Shoot up, my darling, grow to stature tall!
Thou need’st not weep, for I have wept my fill.

I've Cried It All
by Avedis Aharonian

Sleep, my child, go back to sleep.
You don't have to cry now. No need to weep.
I have cried enough tears for us both,
go back to sleep.

The wild, blind geese that fly the black skies
toward home have cried.
They could not see the mountain tops to cross.
You don't have to cry. You never need to cr


Այսքան չարիք թէ մոռանան մեր որդիք, թող ողջ աշխարհ կարդայ հայուն նախատինք
Armenagan 2004 Հրայր