Accueil - Գլխավոր
 
Site de Francine Mayran
Francine MAYRAN
 
 

 

 
Francine Mayran, peintre-céramiste et psychiatre strasbourgeoise, experte auprès du Conseil de l'Europe
"Seule la Mémoire fait de nous des humains. Le souvenir est une leçon de vie" France Arnold.

Francine Mayran, peintre-céramiste et psychiatre strasbourgeoise, experte auprès du Conseil de l'Europe, née après la deuxième guerre mondiale, permet à la mémoire de la Shoah et d’autres génocides de s’incarner dans ses créations pour lier art, mémoires individuelles et histoire.

Telle une chaine de transmission, ses oeuvres (peintures, céramiques et textes) construisent un chemin de mémoire européen constitué d’une cinquantaine d’expositions reliant entre autre des lieux publics en France (Conseils régionaux, mairies, plusieurs églises, festivals tsiganes) et en Allemagne (le Centre culturel franco-allemand de Karlsruhe) et des mémoriaux en France (le Camp du Struthof, le Mémorial d’alsace-Moselle, le Mémorial du camp de Royallieu à Compiègne, le Centre mondial de la Paix à Verdun), en Belgique (le Fort de Breendonk et la gare de Boortmeerbeek), au Luxembourg (le Mémorial de la déportation), en passant par Londres et la reunion de l’IHRA (The International Holocaust Remembrance Alliance), et avec le Conseil de l’Europe en Albanie (Tirana), en Grèce (Thessalonique), en Bulgarie (Sofia), en Pologne (Cracovie).

Pour la 20ème commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, elle a créé 30 nouvelles oeuvres accompagnés d’un livret « Après la Shoah on avait dit plus jamais ça… et pourtant » écrit à 4 mains avec des Tutsi rescapés.

Son exposition « Témoigner de ces vies » a ouvert la programmation «Mémoire Paris Neuf» dans le cadre de la mission Mémoire de la Mairie du 9e ;

Elle a été intégrée par Alexis Govciyan, responsable de la mission 2015 du CCAF, dans le programme des manifestations en Ile de France du centenaire du génocide arménien 1915-2015. 30 nouvelles oeuvres mémoire du génocide arménien ont été présentées accompagnées du livret « 100 ans de déni ou le génocide des Arméniens »

L’art est pour elle un complément à l’histoire. Là où l’histoire informe, ses oeuvres questionnent. Son objectif est de faire oeuvre de transmission en honorant la mémoire des victimes et en maintenant vivant le message des rescapés et d’éveiller les consciences en questionnant l'indifférence et interrogeant les traces indélébiles de tout génocide pour les rescapés, les descendants et l’humanité entière.

Comme un passeur de mémoire, elle prend le relais des derniers témoins directs qui peu à peu s'éteignent, pour s’adresser à de nouveaux témoins pour éviter l’oubli et sensibiliser au danger de répéter l'Histoire. Elle

 connecte des témoignages et des photos d’archive, traces objectives du passé, et les relie par une création personnelle comme dans un lien de descendance pour que ces images restent et vivent et qu'elles deviennent des instants du présent.

Par des peintures de foule anonymes, elle questionne la responsabilité des Hommes témoins de l’Histoire et la capacité individuelle à rester passifs ou à devenir un témoin actif.

Par des portraits sur béton, elle transmet les mémoires individuelles et symbolise l’humanité des victimes, en leur rendant leur visage et leur nom. Avec des numérotations, elle symbolise les traces laissées par la barbarie chez les victimes, les descendants et toute l’humanité. Mais pour elle, l’humain reste toujours plus fort que l’inhumain Par des portraits de Justes parmi les nations qui sauvèrent l’honneur de l’Humanité, elle rappelle l’extraordinaire capacité de certains hommes au Bien, eux qui représentent pour les générations à venir des lumières dans la noirceur d’un monde.

Son oeuvre se veut être un message de vie, un espoir en l’avenir, rappelant à chacun la valeur des droits de L’homme et la valeur inestimable de chaque vie humaine.

Elle intervient chez les scolaires et élabore des projets pédagogiques afin que l'art au coté de l’histoire, interpelle les jeunes, les rende conscients de la capacité de barbarie de l’homme civilisé, du danger de la négation de l’homme et du reniement de l'humanité et leur rappelle la dimension humaine de l’Holocauste pour qu'ils perpétuent à leur tour la transmission. Avec le Conseil de l'Europe, elle engage un travail avec les enseignants européens pour réfléchir à l’apport de l’art à la transmission de la mémoire.

Refusant la concurrence des mémoires, ses créations se veulent être écho de la mémoire de toutes les victimes, des Juifs, des Tsiganes, des homosexuels, des résistants, de Témoins de Jéhovah ou encore des handicapés.

Ses peintures font partie de collections publiques et illustrent des fiches pédagogiques réalisées par le Conseil de l’Europe, dans le cadre du programme «Transmission de la mémoire de l'Holocauste et prévention des crimes contre l'humanité ».

Son livre «Témoigner de ces vies-peindre la mémoire» est paru aux Editions du signe en 2012

 

 


Agrandir les photos d'un clic de souris
Jacques kebadian Mme J.Eckian Alain Terzian - Alexis Govciyan Arsene Tchakarian
     
Arsene Tchakarian      
Les oeuvres concernant la partie arménienne
       
Deportés de Der El Zor Déportés de Harput Enfants recapés du Musa Dagh
       
       
L ombre des absents      
Les justes
       

A.France Morgenthau A.Wegner Celal bey
   
Faik Ali (Ozansoy) Bey Franz Werfel    
 
J.Kebadian R.Sevag N.Bullukian F.Cetin
H.Ochagan A.Andonian T.Varoujan Z.Essyan
Y.Odian Gomidas Vartabed S.Telhirian C.Aznavour
K.Zorhab Henri Verneuil Hrant Dink A.Chiraguian
   
M.Manouchian O.Kaloustian    
Plus de details Ici
Armenagan 2004 Հրայր
Այսքան չարիք թէ մոռանան մեր որդիք, թող ողջ աշխարհ կարդայ հայուն նախատինք